Qu’est-ce qui arrive si je quitte le Canada?

Légalement, la rente peut être versée à une personne résidant dans n’importe quel pays. Les deux aspects à évaluer sont :
a) l’aspect fiscal : quelles seront les retenues à la source et la taxation par le Canada et celles de l’autre pays? Y a-t-il un accord fiscal entre ces deux pays pour éviter une double taxation?
b) l’aspect pratique : mettre en place un mécanisme de virement des fonds, par l’entremise d’une banque internationale ou d’une institution financière correspondante; évaluation des frais d’administration facturés par les institutions bancaires canadiennes ou étrangères.

Selon l’article 66.1 de la Loi sur les régimes complémentaires, « le participant qui a cessé d’être actif et dont la période de travail continu a pris fin a droit au remboursement de la valeur de ses droits s’il a cessé de résider au Canada depuis au moins deux ans ». Ceci peut représenter l’avantage de recevoir en un seul montant la valeur accumulée de la rente (mais en devant en payer une bonne partie en impôt d’un coup…); le désavantage est que vous perdrez ainsi la garantie d’une rente viagère possiblement indexée.